Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juillet 2021 4 29 /07 /juillet /2021 16:19

Mortagne est loin d'être un pénitencier. Pourtant les marins sont toujours heureux quand les portes du bassin s'ouvrent.

Ce jeudi 9 juillet, l'horaire imposé par les marées nous permet de sortir tôt le matin avec un retour au port dans la soirée.

Le soleil , timide ces derniers temps, me réveille aussitôt et me rappelle les marées favorables.

A la recherche d'une occupation qui pourrait plaire à Dini, je lui propose de lever l'ancre, pardon!, de larguer les amarres, pour prendre le petit déjeuner au milieu de la Gironde calme comme un lac à l'abri du vent

Depuis qu'un marin un peu aventurier de la région m'a parlé d'un petit port situé sur la rive opposée et d'un restaurant attrayant, l'envie me démange de le découvrir.

Les conditions sont idéales pour plaire à mon épouse!

Le temps de chercher du pain et un melon aux Cabanes,

nous voilà partis.

Nous avons déjà fait un Mille des cinq qui nous séparent de la Gironde. Oui, rien n'est simple en France, l'Estuaire s'appelle La Gironde et la région aussi jusqu'après Blaye. Ensuite la rive droite devient la Charente et la rive gauche reste en Gironde

Les fleuves servent souvent de frontière, l'Estuaire fait un peu de même entre ces deux régions. Attention, un Charentais n'est pas un Girondin! Même que paraît-il la météo n'est pas la même.

Port-Richard, notre destination inconnue mérite une reconnaissance ! Certains Mortagnais n'en n'ont jamais entendu parler et pourtant il se situe juste en face. C'est un port à sec, ce qui signifie qu'il se vide à marée basse. Pour des bateaux équipés d'une quille fixe comme mon voilier, on n'y entre pas facilement, les coefficients des marées doivent être élevés

On ne voit pas la rive opposée à cet endroit du fleuve. Aujourd'hui la visibilité est telle qu'on l'aperçoit dès la fin du petit déjeuner.

Il est temps de passer le maillot pendant que Dini finit son café et de constater un carré propre et bien rangé, ce qui n'est pas le cas quand l'Estuaire se déchaîne.

On peut voir le tire-bouchon bien vertical au-dessus de la table repliée! 

Nous traversons le chenal emprunté par les cargos qui approvisionnent Bordeaux où passent aussi parfois des parties d'Airbus débarquées près de Pauillac.

Nous surveillons la profondeur, car la carte nous indique des hauts fonds dès la sortie du chenal.

Sans visibilité, j'aurais déjà fait demi-tour, ma quille fait un mètre cinquante! La vue d'une perche verte me rassure, mais elle est loin de l'entrée du chenal. La quille frotte déjà le fond!

C'est l'étale, le courant n'influence plus la navigation et le port est proche.

Pas de chance, c'est raté! Il faut faire demi-tour! Ça a coincé, pas la peine d'insister, la renverse est imminente, la marée descendante nous immobiliserait dans la vase pour un long moment, douze heures  avec peu d'espoir d'en sortir sans aide car les coefficients diminuent.

Pourvu que les vents le permettent vers le douze du mois d'août, les marées serons alors assez hautes pour enfin découvrir ce havre si attirant.

Le plaisir de découvrir...

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de sherrycan.over-blog.com
  • : Les aventures du Sherrycan.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens